Images malgré tout par Georges Didi-Huberman

Images malgré tout

Titre de livre: Images malgré tout

Éditeur: Editions de Minuit

ISBN: 2707318582

Auteur: Georges Didi-Huberman


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: Images malgré tout.pdf - 33,108 KB/Sec

Mirror [#1]: Images malgré tout.pdf - 48,181 KB/Sec

Mirror [#2]: Images malgré tout.pdf - 20,226 KB/Sec

Georges Didi-Huberman avec Images malgré tout

Livres connexes

Y a-t-il des images de la Shoah ? Cette question peut appeler une réponse factuelle : c’est un fait que les nazis, dans le tour méthodique et administratif de leur folie persécutrice, ont beaucoup filmé et photographié ce qui se passait dans les camps, et qu’ils ont finalement détruit la plupart de ces traces accusatrices. Il ne reste ainsi pratiquement aucune image des camps d’extermination. Mais la question a une autre dimension. Quand, en 2001, dans le catalogue Mémoire des camps. Photographies des camps de concentration et d’extermination nazis, Georges Didi-Huberman commente quatre clichés photographiques pris en août 1944, par le Sonderkommando du crématoire IV d’Auschwitz, il soulève une violente polémique : pouvons-nous nous servir de l’image pour enrichir notre connaissance de la Shoah ? Si le sort réservé aux prisonniers de Treblinka, Sobibor, Chelmno… est de l’ordre de l’inimaginable, de l’irreprésentable, alors en montrer quelque chose, fût-ce une image authentique, c’est en trahir la vérité. Fidèle à cette position, Claude Lanzmann, dans son film Shoah (1985), conduit l’évocation des camps de la mort à partir de récits d’historiens et, surtout, de la parole de témoins. Si, au contraire, loin d’être un absolu dépassant toute imagination possible, l’événement de la solution finale est une horreur humaine, trop humaine, jusque-là inégalée, alors l’image peut en parler sans, évidemment, prétendre tout en dire. Le débat crispé dont Georges Didi-Huberman restitue les grandes lignes dans Images malgré tout (l’ouvrage contient le commentaire à la source de la controverse) n’est pas sans évoquer les violentes querelles iconoclastes de l’histoire du christianisme. Au-delà de la discussion autour de l’Holocauste, il révèle quelque chose du rapport ambigu que notre culture entretient avec l’image, rapport qui est précisément le domaine d’investigation de l’auteur depuis plusieurs années.
Du même auteur : La Peinture incarnée (1985). Devant l’image (1990). Ce que nous voyons, ce qui nous regarde (1995). Phasmes. Essai sur l’apparition (1998). Devant le temps. Histoire de l’art et anachronisme des images (2000). -- Emilio Balturi